11eme Baromètre achats responsables ObsAR : focus achats publics

February 19, 2020 Veronique Seel

 

L’ObsAR vient tout juste de publier les résultats de son onzième «Baromètre des achats responsables» réalisé avec OpinionWay. L’étude a été réalisée en ligne auprès de 143 décisionnaires français en matière d’achats responsables entre le 29 octobre et le 19 décembre 2019.

La force de ce baromètre est d’interroger chaque année en France à la fois des décisionnaires du secteur public (27% cette année contre 26% en 2018) et du secteur privé (69% en 2019 contre 71%).

                               

Accès aux Résultats 2020 (ObsAR)    /    Accès à l'Edition 2019 (EcoVadis)

 

Trois questions à Nathalie Paillon, ObsAR

Nathalie Paillon, Directrice des Opérations et des Études à l’Observatoire des Achats Responsables commente les résultats du côté “acheteurs publics”

Nathalie-Paillon

 

 

 

 

 

 

 

1/ Par type d’organisations (public/privé), le niveau de connaissance des performances RSE des fournisseurs demeure une grande différence. Comment expliquez-vous ce résultat ? 

 

C’est vrai que les organisations publiques déclarent avoir plutôt une bonne connaissance RSE de leurs fournisseurs à 35% alors que le privé se situe à 53%. J’y vois plusieurs raisons que l’on pourrait résumer par le prisme par lequel les achats publics sont réalisés. 

 

 

La législation impose de se focaliser sur le marché, c’est à dire sur les fournitures, services et travaux achetés pour satisfaire un besoin. Le fournisseur ne peut donc être “évalué” qu’à l’aune du produit/service acheté. Analyser la qualité sociale et environnementale de ce qui est acheté revient à analyser la “performance RSE” du fournisseur au travers de ce qu’il propose.

Or pour analyser la contribution du fournisseur en termes de RSE sur le marché, l’acheteur et le fournisseur doivent être en mesure d’appréhender/connaître cette contribution et de la mesurer. Cela nécessite une grande maturité du fournisseur et de l’acheteur. 

 

Qui plus est, dans le cadre des marchés publics, cela nécessite que les contributions et les moyens de mesure soient reconnus officiellement.

Autant dire que c’est un sujet sur lequel beaucoup reste à faire… la publication en 2020 de l’ObsAR sur l’évaluation des fournisseurs devrait éclairer les organisations sur la pertinence des moyens à leur disposition.

Prochainement : Groupe de Travail ObsAR Devoir de Vigilance

Fiches d’aide sur 10 modes d’évaluation des fournisseurs

Avec les retours d’expérience de 8 praticiens adhérents (Société Générale, Total, Afnor, EcoVadis, Veolia, Air Liquide, Saint Gobain) et d’experts en audits et en conseil

Pour être informé(e) de sa publication : https://www.scoop.it/topic/actualites-achats-responsables

Newsletter ObsAR : https://www.obsar.asso.fr/actualites/11eme-barometre-achats-responsables-2020 

 

2/ Le baromètre ObsAR fête sa onzième édition. Observez-vous des signaux propres aux acheteurs publics sur ces 10 dernières années ?

Oui, clairement, certaines politiques publiques ont vraiment été prises à bras le corps par les acheteurs publics. Je pense notamment aux achats réalisés auprès des PME. C’est un marqueur fort dans nos résultats.

 

 

Le développement du territoire (l’entreprise dans son écosystème) fait partie des trois premières motivations du secteur public en matière d’Achats Responsables : c’est un moteur pour 44% des répondants du secteur public contre 15% pour les décisionnaires achats du secteur privé/+250 salariés.

 

Un autre concerne le volet social des achats responsables. L’insertion des personnes éloignées de l’emploi est clairement et majoritairement soutenue par les achats publics. 

 

Ce qui signifie que les acheteurs publics déploient efficacement les politiques publiques lorsque le cadre d’action est clair et non équivoque. Autoriser des marchés spécifiques “réservés” pour atteindre des objectifs d’utilité publique a été une bonne décision au sens des résultats atteints.

 

Témoignage d’un acheteur du secteur public : Florent Solier, Directeur de la Commande Publique de Nantes Métropole : “La prise en compte de la RSE dans la commande publique n’est ni aboutie ni mature

 

3/ Effet SPASER et Plan national d’action pour les achats publics durables :  le baromètre permet-il de “sentir” un impact sur les pratiques ? Sur quel volet ?

 

NRLR SPASER : Toutes les collectivités territoriales et leurs groupements ainsi que les acheteurs soumis à l’ordonnance n° 2015-899 du 23 juillet 2015 relative aux marchés publics qui ont un statut de nature législative ont l’obligation d’adopter et de publier un schéma de promotion des achats publics écologiquement et socialement responsables lorsque le montant total annuel des achats est supérieur à 100 millions d’euros H.T. 

 

Dans les faits, nombre de SPASER n’ont pas été publiés comme prévu mais les réflexions ont été menées. L’existence de cette obligation a mis l’accent sur le volet social des achats, sujet à présent bien maîtrisé par les acheteurs publics. 

 

L’évaluation des SPASER doit être aussi une opportunité pour flécher les actions efficaces sur le volet environnement. 

 

Pour la première fois, les objectifs Achats Responsables pour les prochaines années sont totalement partagés entre le Public et le Privé et la priorité n°1 achats responsables citée par l’ensemble des décisionnaires est justement la “réduction des risques environnementaux”.

 

Nathalie Paillon de conclure : 

 

Nous n’avons plus le temps de tergiverser, d’invoquer de prétendues limites réglementaires pour agir. L’expérience acquise doit définitivement être mise au service de l’action. C’est ce que nous porterons comme message pour l’élaboration du PNAAPD 2020-2025.

 

***

L’Observatoire des Achats Responsables (ObsAR) est un « think tank » privé / public créé en 2010 qui a pour objectif de proposer un espace privilégié d’échanges, de connaissance et d’approfondissement des bonnes pratiques en matière d’Achats Responsables. Il a piloté à l’AFNOR l’élaboration de la norme « achats responsables » (NF X 50-135), première déclinaison sectorielle de l’ISO 26000, qui promeut l’intégration d’objectifs de développement durable et de responsabilité sociétale des organisations dans les politiques d’achat et leur mise en œuvre, dans le public comme dans le privé. Il a travaillé à son prolongement à l’international (norme ISO 20400) en pilotant la délégation française, ainsi qu’à sa cohérence avec les réglementations sur les marchés publics. L’ObsAR vise notamment à mettre à la disposition de ses adhérents des outils et méthodes, ainsi que des indicateurs de mesure et d’évolution des pratiques « métier » et des espaces de rencontres entre les parties prenantes. Membre de la Plateforme nationale pour la RSE, l’ObsAR édite des guides pratiques produits par ses groupes de travail, participe à de nombreux évènements « achats » et publie annuellement avec OpinionWay le Baromètre des Achats Responsables.

 

Article précédent
Du climat au travail forcé : le score Achats Responsables EcoVadis, révélateur de la maîtrise d’enjeux majeurs
Du climat au travail forcé : le score Achats Responsables EcoVadis, révélateur de la maîtrise d’enjeux majeurs

Le score global de performance RSE EcoVadis intègre, au même titre que les pratiques éthiques, performances...

Article Suivant
#DareTogether, ligne directrice des rencontres achats responsables EcoVadis 2020
#DareTogether, ligne directrice des rencontres achats responsables EcoVadis 2020

Sustain est l’événement annuel EcoVadis dédié aux achats responsables, réunissant plus de 700 professionnel...