Les bénéfices induits d’une démarche Achats Responsables

April 12, 2022 Hugues Poissonnier

Les « bonnes surprises » associées à des approches achats responsables ambitieuses 

Le déploiement d’une démarche achats responsables ambitieuse pouvant aller jusqu’à sa labellisation achats responsables est un véritable accélérateur de progrès et de montée en compétence organisationnelle, grâce à la nécessaire transversalité des actions déployées. 

La montée en compétence individuelle (puisqu’il s’agit d’apprendre à acheter autrement) vient renforcer la montée en maturité organisationnelle au bénéfice de toute l’entreprise et de son écosystème. A l’heure où, plus que ça ne l’a jamais été, la capacité à créer de la valeur quand tout va bien ou à être plus résilient que ça va moins bien repose sur la collaboration avec les partenaires économiques (fournisseurs, clients, voire concurrents), le savoir-faire collaboratif acquis avec les partenaires s’avèrent précieux en interne.

Comme les difficultés, certains bénéfices ou intérêts associés à une démarche achats responsables n’apparaissent clairement qu’une fois le processus engagé. D’autres retombées parfois contre-intuitives, comme la simplification des process, découlant d’un meilleur alignement de la stratégie, de l’organisation et des pratiques, n’est pas la moindre des « bonnes surprises » associées à des approches achats responsables de haut niveau.

 

1. La transversalité : de la difficulté à un bénéfice clé

La transversalité qu’implique une approche achats responsables est souvent d’abord vécue comme une difficulté. 

Faire travailler ensemble des acteurs et des services ayant peu l’habitude de le faire est difficile. Ça l’est d’autant plus que certains peuvent voir comme une menace de perte d’autonomie la volonté des achats d’engager des actions communes ou coordonnées. La transversalité est, quoi qu’il en soit, rendue nécessaire pour l’obtention du Label RFAR puisqu’il importe d’une part de développer une vision plus transversale de l’organisation et d’autre part de mobiliser les contributions de collègues appartenant à différentes fonctions.

Pourtant, cette transversalité est également à l’origine de l’un des bénéfices émergents les plus importants et contribue au bon ancrage de la démarche dans toute l’entreprise, dépassant largement le cadre des achats.

Au-delà de la montée en maturité des achats, plusieurs entreprises engagées en achats responsables témoignent à cette occasion du développement d’un véritable projet d’entreprise fédérateur. 

Le dépassement des objectifs initiaux peut également prendre la forme d’un positionnement des achats et des relations fournisseurs à un niveau plus stratégique.

Enfin, en permettant de casser les silos et de développer les compétences organisationnelles, la transversalité accrue qui découle d’une approche achats responsables ambitieuse permet de simplifier certains process.

 

2. La simplification des process : une retombée contre-intuitive

Alors qu’il serait possible de voir la labellisation achats responsables comme une couche de contraintes supplémentaire venant encore plus compliquer les prises de décisions stratégiques ainsi que leur mise en œuvre opérationnelle, il est particulièrement intéressant de noter que la démarche engagée contribue plutôt à simplifier un certain nombre de process. 

Cette simplification des processus achats est rarement envisagée dès le départ, en faisant clairement un objectif associé à la démarche de labellisation achats responsables. Pour la plupart des organisations observées dans le cadre de l’étude, cet effet est venu s’ajouter aux objectifs recherchés, prenant alors la forme d’un décloisonnement bienvenu et d’une sortie du fonctionnement en silo de l’organisation, devenue plus collaborative.

Le caractère pratico-pratique des questions posées dans le cadre de la labellisation permet de mettre facilement le doigt sur des pratiques simples à mettre en œuvre.

Les progrès internes que permet la labellisation achats responsables s’accompagnent généralement, et c’est heureux, de réels progrès chez les fournisseurs et les clients des entreprises engagées en achats responsables.

 

3. Faire progresser les fournisseurs… et les clients

L’idée de faire progresser les fournisseurs a très peu été citée comme un objectif premier. Les progrès réalisés par les fournisseurs sont toutefois loin de constituer une retombée négligeable. Plusieurs facteurs expliquent la montée en maturité et en compétence des fournisseurs associée à la démarche de labellisation achats responsables entreprise. Un facteur important réside dans la confiance accrue qui découle du simple respect des délais de paiement.

Un véritable effet de « contagion » est également décrit, incitant les partenaires économiques avec lesquels travaille une organisation labellisée à progresser eux aussi. Si l’on pense plutôt à une transmission des bonnes pratiques aux fournisseurs, les entreprises engagées en achats responsables ont également parfois vu leurs clients tenter de s’inspirer des bonnes pratiques.

Principe de diffusion : Comme les mauvaises pratiques, les bonnes pratiques peuvent être considérées comme « virales ».

Les efforts des entreprises engagées en achats responsables portent donc des fruits bien au-delà de leurs seules relations fournisseurs et de nombreux retours sur investissement. Ils contribuent de façon certaine et bienvenue à la résilience de l’écosystème.

 

La voix des fournisseurs : 

Sans surprise, les fournisseurs demeurent critiques sur l’état des pratiques et le manque d’intérêt perçu des donneurs d’ordres pour les faire progresser.

« Il n’y a plus de débat sur l’analyse de risque fournisseur, mais la volonté de faire grandir le fournisseur est aléatoire »

De véritables différences sont perçues par les fournisseurs selon qu’ils travaillent avec un client public ou privé.

« Entre public et privé, on ne co-innove pas pareil. Quand on travaille pour le public, l’impact sur le territoire est plus important » 

Dans tous les cas, ils préconisent des échanges non seulement de qualité, mais également le plus en amont possible pour pouvoir apporter un niveau de performance accru.

« On préfère un dialogue le plus en amont possible pour co-construire le cahier des charges. On n’est jamais aussi bon que quand on est en amont » 

Pour progresser, les feed-back, après coup, s’avèrent également essentiels.

« Nous avons besoin de feed-back pour mieux comprendre le refus, pour pouvoir nous améliorer »
 

Un chiffre en point d’alerte : 

Baromètre Achats Responsables EcoVadis 2021 : la moitié des fournisseurs se sentent véritablement soutenus par leurs principaux commanditaires !

Source : Baromètre 2021 Achats Responsables EcoVadis

48% des fournisseurs interrogés perçoivent leurs donneurs d’ordres comme engagés à leurs côtés dans l’amélioration de leurs pratiques éthiques, sociales et environnementales. Cette répartition 2021 demeure inchangée par rapport à 2019 et 2017, et ce, malgré la pandémie et les élans de solidarité(s), d’actions et d’initiatives en soutien des fournisseurs.

 

En Conclusion :

En plus de l’atteinte des objectifs généralement bien compris au départ (faire progresser l’organisation et faire connaître le caractère vertueux des pratiques mises en œuvre), de réels intérêts cachés émergent lorsque la démarche achats responsables est initiée. Ces « bonnes surprises » ne sont pas négligeables. Elles viennent renforcer tout l’intérêt de la montée en maturité achats responsables et prennent des formes variées : développement des compétences organisationnelles au travers de la transversalité, simplification des process et meilleur alignement de la stratégie, de l’organisation et des pratiques, capacité à faire progresser les fournisseurs, voire les clients… Les bénéfices induits par une démarche ambitieuse en achats responsables sont donc essentiels et de nature à rendre encore plus pertinente cette dernière pour toute organisation soucieuse de monter en maturité.

 

*** 

Aller plus loin : 

(re)Découvrir tous les enseignements issus des recherches sur les premiers labelisés RFAR : Livre Blanc "De la charte au label Relations fournisseurs et achats responsables : une démarche de progrès et créatrice de valeur". 

« 2010-2022, d’une crise à l’autre » : 12 ans d'action de la Médiation des entreprises au service des acteurs économiques avec de nombreux témoignages sur la relation client-fournisseur.

Etude complète sur les performances achats responsables des entreprises françaises et européennes : 2021 Performances RSE des entreprises françaises et européennes - comparatif OCDE et BRICS

Engager votre comité de direction dans une démarche RSE

A propos de l'auteur

Hugues Poissonnier

Economiste et docteur en Sciences de gestion, Hugues Poissonnier est Professeur à Grenoble Ecole de Management, où il enseigne la stratégie, le contrôle de gestion et les achats. Il intervient également dans plusieurs universités et écoles de commerce en France, en Europe, en Afrique et en Amérique du Nord, ainsi que dans plusieurs écoles d’ingénieurs. Ses travaux de recherche portent principalement sur la collaboration dans les relations inter-organisationnelles, sujet sur lequel il accompagne régulièrement des dirigeants et est auteur ou co-auteur de nombreux articles de recherche et de vulgarisation, ainsi que d’une vingtaine d’ouvrages. Il dirige la recherche de l’IRIMA (Institut de Recherche et d’Innovation en Management des Achats), qu’il a co-créé en 2008 et intervient régulièrement en entreprise dans le cadre de conférences et de formations sur mesure.

Plus de contenu par Hugues Poissonnier
Article précédent
Aller au delà des preuves documentaires fournies par les entreprises évaluées
Aller au delà des preuves documentaires fournies par les entreprises évaluées

Portrait de Yola Nayekoo, Sustainability News Research Manager EcoVadis et salariée pionnière d’EcoVadis

Article Suivant
Selon le Bureau européen de l’environnement (BEE), l'UE lance une "grande désintoxication" de l'industrie chimique
Selon le Bureau européen de l’environnement (BEE), l'UE lance une "grande désintoxication" de l'industrie chimique

Le BEE réagit à la publication par la Commission européenne le lundi 25 avril 2022 d‘une feuille de route q...

Découvrez dans ce nouveau rapport comment les entreprises ont un impact positif sur les enjeux RSE

Télécharger