Dirigeants de TPE/PME/ETI : pourquoi ont-ils accepté l’invitation d’évaluation RSE EcoVadis ?

February 4, 2022 Veronique Seel

En France, plus de 70% des fournisseurs TPE/PME sont régulièrement sollicités par leurs clients sur les sujets en lien avec la RSE. Dans la moitié des cas, le processus d’évaluation des pratiques éthiques et performances sociales et environnementales des fournisseurs est géré par des moyens internes, et dans l’autre moitié externalisé, en coopération avec un tiers de confiance, comme EcoVadis

 

Entrée sur la plateforme RSE mondiale mutualisée EcoVadis : une décision à la discrétion des dirigeants des TPE/PME/ETI… en majorité sur invitation d’un client historique.

Rares sont encore les entreprises PME/ETI telles que DCS ou Toques Concept qui demandent spontanément à entrer sur la plateforme RSE mondiale acheteurs-fournisseurs EcoVadis. Quand la plupart des donneurs d’ordres évaluent les pratiques éthiques et performances sociales et environnementales de leurs fournisseurs, ce processus s’effectue sans dispositions contractuelles, sur invitation

Nombreux sont les acheteurs qui se questionnent sur la manière dont cette invitation -qui constitue une nouvelle étape dans la relation commerciale- est perçue par leurs interlocuteurs TPE/PME/ETI et sur ses avantages pour les entreprises invitées. Pour obtenir ce point de vue côté fournisseurs, nous avons recueilli le témoignage de quelques clients TPE/PME/ETI français disposant au moins de l’expérience de plus de 3 cycles d’évaluation RSE invités à l’origine par un client historique.

 

L’international - présence forte ou volonté de développement- est une raison systématiquement citée par les PME et ETI évaluées plusieurs fois par EcoVadis

 

“L'entreprise Coca Cola nous a poussé à rentrer sur la plateforme EcoVadis. Suite à ça, on s'est rallié et relié à beaucoup de clients internationaux sur la plateforme. EcoVadis est devenu pour nous un outil interne sur nos filiales à travers toute l’Europe (France, Allemagne, Italie, Espagne, Portugal, Royaume-Uni, Benelux et Pologne) pour évaluer à quel niveau de performance LPR peut se situer, la pertinence des actions qu'on entreprend”

Gael Gonzalez, Responsable Qualité RSE, LPR La Palette Rouge

« Il faut choisir un label reconnu par les entreprises que vous ciblez : nous nous sommes engagés dans l’évaluation EcoVadis, dans le cadre de la relation client-fournisseur, pour répondre à une demande de nos clients. Dans notre filière professionnelle – la cosmétique – la notation EcoVadis est devenue un pré-requis pour notre business. »

Michel Vaissaire, président-directeur général DIAM International / Guide CroissancePlus

“Nous étions évalués EcoVadis depuis plusieurs années à la demande de clients stratégiques et mondiaux. Verescence pris la décision au niveau du comité exécutif de choisir Ecovadis comme référentiel interne de notre démarche RSE. Ça nous a permis de structurer notre système RSE et d'aligner les différents sites à l’international sur la stratégie du groupe”

Alain Thorré, Directeur Exécutif Qualité, RSE & Amélioration Continue, VERESCENCE

« Dès que nous avons obtenu le niveau « Gold » EcoVadis, nous avons immédiatement décidé de le faire savoir via l’ensemble de nos documents de communication y compris nos signatures de mail. Nous avons ensuite informé de manière plus personnalisée nos principaux clients, ce qui nous a permis, dans un cas précis, d’être reconduit dans notre marché sans avoir à subir les procédures d’appels d’offre. Nos collaborateurs, et en particulier l’ensemble de l’équipe commerciale, sont très fiers de pouvoir valoriser nos compétences grâce à notre évaluation élevée. »

Jean-Marc Barki, PDG Sealock / Guide CroissancePlus 

 
Approche personnalisée selon la maturité de l’entreprise (le bon moment) et attente de réciprocité et retour tangible sont aussi deux éléments forts des témoignages reçus :
 

⇒ S’évaluer, oui, mais au bon moment !

“Avant de sauter le pas de l’évaluation, il faut s’assurer que la démarche est clairement amorcée et portée par le dirigeant.”

Mélanie Léonetti, Responsable Marketing et Communication en charge des partenariats et de la RSE de GESTION CREDIT EXPERT (GCE) 

“Avoir une démarche RSE, c’est essentiel si l’on vise la croissance pérenne pour son entreprise. Faire évaluer sa démarche RSE, c’est mieux, car seul le contrôle régulier par un tiers permet de la rendre plus pertinente et plus crédible.  

L’évaluation EcoVadis dynamise l’approche car elle permet de se comparer et de planifier de manière stratégique différents types d’actions. Il ne s’agit pas nécessairement de les déployer toutes, ni forcément au même moment, mais de travailler sur celles qui répondent le plus aux problématiques de l’entreprise, de son secteur et de son territoire.

Une démarche RSE efficace et pertinente demande une approche structurée. Avant de sauter le pas de l’évaluation, il faut donc s’assurer que la démarche est clairement amorcée et bien formalisée. En premier lieu, il faut engager le dialogue avec les parties prenantes : Il est nécessaire que l’entreprise identifie toutes ses parties prenantes et qu’elle comprenne leurs attentes et leurs besoins en matière de RSE afin de les prendre en compte. Ensuite, il faut que l’entreprise décèle et hiérarchise les enjeux RSE propres à son activité.

Ce n’est qu’après qu’il est pertinent de rentrer dans un processus d’évaluation RSE documentée pour disposer d’une mesure objective et comparable pour définir les objectifs d’amélioration, identifier les indicateurs pertinents à l’aune desquels ils seront mesurés, observer puis analyser la situation de la société et ses répercussions sociales et environnementales. Puis vient la revue des résultats et l’amélioration continue des performances sur l’ensemble des domaines traités par la RSE.”
 

 S’évaluer, oui, mais à condition d’un retour réel des donneurs d’ordre... 

“L’investissement en RSE demande beaucoup de temps pour une PME, il devrait être mieux reconnu par les grandes entreprises”

Philippe ANDRILLAT – Dirigeant Associé KENSEO et membre du réseau MIXR 

"Je conseillerai à ce/cette chef.fe d’entreprise d’accueillir cette demande comme un élément positif, car celle-ci pousse l’entreprise à avancer de façon structurée sur ce sujet d’actualité. 

L’ invitation EcoVadis est l'occasion de tester la maturité de l’entreprise sur la RSE, de se comparer et de créer un groupe projet en interne pour impliquer les collaborateurs dans le sujet et les actions à mettre en place et donc, de les faire adhérer à la démarche.

Et tout cela ne dépend pas de la taille de l’entreprise, seulement de l’implication des personnes et des valeurs de l’entreprise. Pour nous, c’est un gage de qualité vis-à-vis des clients, des fournisseurs, des partenaires, des salariés, au-delà de la bonne note !

La seule difficulté est de trouver les ressources nécessaires en interne car l’ensemble des collaborateurs sont avant tout des opérationnels très pris dans leur quotidien. L’investissement en RSE demande beaucoup de temps pour une PME. Cet investissement devrait être mieux reconnu par les grandes entreprises afin de sécuriser leurs chaînes d’approvisionnement. Au-delà de demander une notation EcoVadis, le résultat devrait être générateur de bonus et se traduire en référencements supplémentaires et concrètement, en missions confiées. 

Les achats responsables c’est aussi une vision créatrice d’opportunités et non uniquement de risque et de contrainte !”

Ce risque de perception de déséquilibre “exigences RSE vs retour sur investissement pour le fournisseur évalué” est mesuré tous les deux ans depuis 2017 dans le Baromètre Achats Responsables EcoVadis. 

Pour 46% des fournisseurs interrogés, l'engagement de leurs clients stratégiques en faveur du développement durable n'est réel «que sur le papier»

Alors que les engagements des entreprises et la pression des pouvoirs publics ont augmenté à l'échelle mondiale, la réalisation de ces objectifs - en particulier au sein des chaînes d'approvisionnement – est loin d’être atteinte. Seuls 48 % des fournisseurs interrogés pensent que les entreprises et les équipes achats avec lesquelles ils travaillent sont réellement engagées pour la durabilité et s'associent activement à elles pour favoriser ces pratiques dans leurs relations commerciales. 

Plus alarmant encore, 46 % des fournisseurs ont déclaré que la durabilité et la RSE ne sont importantes pour leurs clients « que sur le papier » , et qu'elles ne se reflètent pas concrètement dans la façon dont ils travaillent ensemble, contre 39% en 2019.

Ce manque de retour est clairement souligné dans deux autres enquêtes centrées sur les fournisseurs :

Selon les résultats de ’étude Bpifrance - PwC - Orse : "RSE : la parole aux fournisseurs !" (600 répondants Juin 2019), la RSE est une condition importante d’accès aux marchés, mais avec encore peu d’impact sur les prix de vente et l’équilibre de la relation client-fournisseur :

  • 79% des fournisseurs estiment qu’ils ne parviennent pas à valoriser leurs performances RSE au travers des prix de vente de leurs produits ou services.
  • Plus de la moitié des fournisseurs répondants ont déclaré que les clients ne reconnaissent pas leur performance RSE à travers le maintien des contrats et l’obtention de nouveaux marchés.

L’enquête “Acquis et défis de la solidarité économique dans les relations clients fournisseurs” réalisée par le Médiateur des entreprises et Provigis (232 répondants Sept. 2020) révèle que près de deux tiers des TPE et PME considèrent les achats responsables comme le moyen de partager des valeurs communes avec les clients /partenaires / distributeurs. 

Le respect des délais de paiement arrive clairement en tête des pratiques Achats Responsables attendues. Néanmoins l’équilibre des dispositions contractuelles apparaît comme deux fois plus important pour les TPE que pour les PME.

Pour convaincre et engager les fournisseurs sélectionnés de répondre favorablement à l’invitation d’évaluation EcoVadis, les équipes achats gagneraient en retour à considérer l’évaluation RSE comme une composante du partenariat et de la relation et, pourquoi pas, chercher à devenir le client préféré des fournisseurs les plus performants et/ou volontaires ! 

 

***

 5 piliers pour augmenter l’impact d’un programme Achats Responsables

Pour engager les fournisseurs au-delà de l’évaluation RSE, les équipes achats les plus avancées considèrent l’évaluation comme une nouvelle étape dans la relation avec leurs partenaires. Le soutien des Directions générales et l’action combinée à la fois sur les acheteurs à l’interne mais aussi sur l’accompagnement des fournisseurs sont des pré-requis. Découvrez comment

Au-delà de l’évaluation RSE

 

 

A propos de l'auteur

Veronique Seel

Véronique Seel has been creating French content (data/studies/analysis and interviews) for EcoVadis since 2017. A graduate of the Conservatoire National des Arts et Métiers (Paris) in Engineering and B2B Marketing, Véronique progressively specialized in CSR and sustainability during her time as consultant for Vigeo Eiris, then helped BNP Paribas Cardif to create a Sustainable Development department, followed by three years contributing to cleantech and mobility projects in the European Atlantic Area. Véronique Seel is a partner of the Coapi cooperative based in La Rochelle, France.

Plus de contenu par Veronique Seel
Article précédent
Chaîne amont et cartographie des risques de milliers de petits propriétaires-exploitants : l’initiative rubberWay® récompensée !
Chaîne amont et cartographie des risques de milliers de petits propriétaires-exploitants : l’initiative rubberWay® récompensée !

Les groupes Michelin et Continental combinent audits documentaires EcoVadis pour les fournisseurs de rang 1...

Article Suivant
Devoir de vigilance et Union européenne : pratiques 2019 des entreprises en Europe
Devoir de vigilance et Union européenne : pratiques 2019 des entreprises en Europe

Synthèse étude européenne 2020 “Study on due diligence requirements through the supply chain”