Faire de l'évaluation RSE un nouvel avantage financier des PME

April 28, 2021 Veronique Seel

La crise actuelle met à rude épreuve les entreprises et tous les partenaires impliqués dans les chaînes d'approvisionnement, transformant des vulnérabilités, parfois identifiées mais considérées comme non prioritaires, en catalyseurs de perturbations de toutes natures. 

 

Besoin en Trésorerie des PME et risques de faillite 

Données sur la France et l'Allemagne, 1er partenaire commercial 

Allemagne : 5% des entreprises menacées de faillite, soit 175 000 entreprises !

L'agence de crédit Crifbürgel estime que 300 000 entreprises en Allemagne connaissent actuellement des difficultés financières. Selon une étude récente de Traxpay et DerTreasurer, 78 % des entreprises interrogées ont déclaré être confrontées à un manque de liquidités en raison de la pandémie. L'importance de la gestion des fonds de roulement et des liquidités a énormément augmenté en raison de la crise sanitaire. Enfin, la toute récente enquête de l’association de la chambre de commerce et d’industrie allemande (DIHK), révèle que des dizaines de milliers d’entreprises en Allemagne sont menacées d’insolvabilité. 5% des entreprises allemandes interrogées ont déclaré qu’elles étaient menacées de faillite en 2021 soit environ 175 000 entreprises.

 

France : entre 60 et 70 000 défaillances estimées en 2021, selon les sources 

La DG Trésor vient de publier l'étude de l’impact de la pandémie de Covid-19 sur les entreprises françaises et estime à 35% le nombre d'entreprises ayant eu un besoin de liquidité de mars à décembre 2020 contre 15% en période hors crise.   

Selon les prévisions de la BPCE, nous serons à 59000 défaillances en 2021. Selon Euler Hermes, en 2021, plus de 64 000 défaillances d’entreprises sont attendues en France. Enfin, selon Altares, une forte augmentation est attendue pour 2021 et plus encore pour 2022. Tous les experts s’accordent à dire que, sans soutien, les précédents records de défaillances français, (65 000 par an) auraient été largement dépassés.

“Le plan étatique massif de soutien aux entreprises (reports de charge, PGE, …), la fermeture des tribunaux de commerce et le gel des procédures collectives permettront de retarder la vague de défaillances. Toutefois, elle ne pourra pas être évitée : entre 2019 et 2021, le nombre de défaillances d’entreprises croîtra de +25% en France. En matière de volume, un triste record sera prochainement atteint en 2021, plus de 64 000 défaillances d’entreprises sont attendues. Le coût économique de ces défaillances sera conséquent pour la France : le passif fournisseur engendré par ces faillites devrait atteindre 4,2 Mds EUR en 2020 et 5,7 Mds EUR en 2021” 

Si les adaptations juridiques, administratives et divers modes de soutiens en trésorerie ont permis aux entreprises de se prémunir du défaut de paiement, comment les directions Achat, en renforçant ces pratiques à fort impact continuent-elles à soutenir leurs partenaires les plus vulnérables et accompagner un  retour progressif "à la normale" ?

 

Jouer sur le délai de paiement : une pratique à fort impact, mais… des postures très hétérogènes 

Le redoutable effet domino...

Pour toute entreprise, le dilemme consiste à garantir ses propres liquidités tout en stabilisant les fournisseurs sur le plan financier afin d'éviter la défaillance ou même l'insolvabilité de ces fournisseurs aux conséquences potentielles encore plus importantes. 

Tous les experts alertent sur le risque de défaut de paiement qui pourrait s'accroître fortement pour des milliers d’entreprises, provoquant un autre risque pour les fournisseurs : celui de la propagation de la défaillance aux clients !

 

Pratiques de délais de paiement en Allemagne : 

Selon l’étude de Traxpay et DerTreasurer

  • 33% au total ont reçu des demandes de leurs fournisseurs pour le paiement anticipé de factures et/ou l’accélération des délais de paiement, tandis que dans le même temps, 

  • 25% des entreprises interrogées ont allongé les délais de paiement avec leurs propres fournisseurs pendant la pandémie face à des pénuries de liquidités

Pratiques de délais de paiement en France : 

Selon le baromètre Achats Responsables de l’ObsAR

  • 55% des acheteurs interrogés ont prolongé les contrats et 56% ont accordé des avances de trésorerie et/ou raccourci les délais de paiement vis-à-vis de leurs fournisseurs. La mise en place de délais de paiement inférieurs à 30j en 2020 sont en hausse par rapport à l’an passé (+6%) pour atteindre 25% des répondants.

  • Cependant, dans le même temps, il y a un doublement des retards de paiement par rapport aux obligations légales (10% par rapport à 5% l’an passé). 

 

Pour l’émergence de solutions de financement multipartites innovantes basées sur les performances RSE des fournisseurs

Dans un contexte toujours aussi incertain, les entreprises les plus avancées en achats responsables cherchent à optimiser leurs flux de trésorerie tout en sécurisant les partenaires les plus vulnérables dans les chaînes d'approvisionnement.

Comment ? En renforçant à la fois les partenariats avec leurs fournisseurs stratégiques mais aussi en accélérant le déploiement de nouvelles solutions financières à destination des entreprises de plus petite taille, les PME tout particulièrement. 

Certaines de ces propositions sont, et c’est nouveau pour les PME, associées aux performances sociales et environnementales et/ou la volonté de l’entreprise de progresser en RSE. 

Acculturer ses fournisseurs à la RSE en utilisant le levier de l'affacturage inversé

De nouvelles solutions de financement liées aux performances environnementales et sociales appelées "Sustainable Supply Chain Finance" (SSCF) sont par exemple mises en place conjointement par un grand donneur d'ordres (acheteur) et sa banque : via une plateforme en ligne, les entreprises fournisseurs disposent d’un moyen supplémentaire d’optimiser les flux de trésorerie et financements court terme, en prenant en compte les performances RSE de l’entreprise.

Découvrez les retours d’expériences SSCF
et les témoignages de Bridgestone, L'Oréal, EDF et de la banque allemande LBBW dans la table ronde organisée lors du congrès Sustain 2021 : “Sustainable Finance : encourager le changement et la transformation responsable des entreprises”. 
Sustainable Finance : encourager le changement et la transformation responsable des entreprises
 
Un article de presse sur "l'idée verte" de EDF vient de paraître dans l'Usine Nouvelle.

A propos de l'auteur

Veronique Seel

Véronique Seel has been creating French content (data/studies/analysis and interviews) for EcoVadis since 2017. A graduate of the Conservatoire National des Arts et Métiers (Paris) in Engineering and B2B Marketing, Véronique progressively specialized in CSR and sustainability during her time as consultant for Vigeo Eiris, then helped BNP Paribas Cardif to create a Sustainable Development department, followed by three years contributing to cleantech and mobility projects in the European Atlantic Area. Véronique Seel is a partner of the Coapi cooperative based in La Rochelle, France.

Plus de contenu par Veronique Seel
Vidéo précédente
L'Oréal souhaite intégrer le développement durable dans ses décisions financières.
L'Oréal souhaite intégrer le développement durable dans ses décisions financières.

L'Oréal parle de l'importance d'intégrer le développement durable dans les décisions financières.

Article Suivant
Passer d’un questionnaire interne d’évaluation RSE des fournisseurs à une solution externe, mutualisée et internationale
Passer d’un questionnaire interne d’évaluation RSE des fournisseurs à une solution externe, mutualisée et internationale

Témoignage de Sébastien de Laissardière, Head Purchasing de Vinci Energies Europe (22 pays hors France), s...