Scope 3 : cachez ce carbone que je ne saurais voir...

December 1, 2020 Veronique Seel

Associer les fournisseurs -en majorité des PME- dans la lutte contre le changement climatique

La collaboration avec les fournisseurs et tous les acteurs de la chaîne amont et de la chaîne aval, des distributeurs aux clients finaux, est essentielle à une stratégie climatique efficace. 

De plus en plus d'entreprises accélèrent leurs investissements (suivi, formation, engagements, collaborations) dans la chaîne d'approvisionnement, y compris sur les efforts de réduction des émissions indirectes : plus de 70 % des émissions totales de CO2 des industriels et jusqu'à 80 % des émissions dans le secteur des biens de consommation proviennent de la supply-chain.

 

I - Référentiel d’évaluation RSE EcoVadis et Scope 1, 2 et 3

Selon les principales normes et méthodes internationales, ainsi que le rappelle l’ADEME, le périmètre opérationnel d’un bilan des émissions de GES de toute organisation comprend trois catégories de sources d’émissions à prendre en compte: 

  • Émissions directes de GES (Scope 1) : émissions directes provenant des installations fixes ou mobiles situées à l’intérieur du périmètre organisationnel, c'est-à-dire émissions provenant des sources détenues ou contrôlées par l’organisme comme par exemple : combustion des sources fixes et mobiles, procédés industriels hors combustion, émissions des ruminants, biogaz des centres d’enfouissements techniques, fuites de fluides frigorigènes, fertilisation azotée, biomasses…

  • Emissions indirectes liées à l'énergie (Scope 2) : émissions indirectes associées à la production d’électricité, de chaleur ou de vapeur importée pour les activités de l’organisation.

  • Autres émissions indirectes (Scope 3) : toutes les autres émissions indirectement produites par les activités de l’organisation qui ne sont pas comptabilisées au Scope 2 mais qui sont liées à la chaîne de valeur complète comme par exemple : l’achat de matières premières, de services ou autres produits, déplacements des salariés, transport amont et aval des marchandises, gestions des déchets générés par les activités de l’organisme, utilisation et fin de vie des produits et services vendus, immobilisation des biens et équipements de productions…

Les Gaz à Effet de Serre (GES) sont des gaz qui absorbent une partie des rayons solaires en les redistribuant sous la forme de radiations au sein de l'atmosphère terrestre, phénomène appelé effet de serre. Plus d’une quarantaine de gaz à effet de serre ont été recensés par le Groupe Intergouvernemental d’Experts sur l’Evolution du Climat (GIEC) parmi lesquels figurent : la Vapeur d'eau (H2O), le Dioxyde de carbone (CO2), le Méthane (CH4), l'Ozone (O3), le Protoxyde d'azote (N2O), l'Hydrofluorocarbures (HFC), le Perfluorocarbure (PFC) et l'Hexafluorure de soufre (SF6). Source : Ressources ADEME

Les SCOPES sont décomposés en 23 postes d’émissions au total.

 

Les engagements, les actions et le reporting (Policy, action, results) sur l'énergie et les GES sont suivis de manière précise sur le référentiel d’évaluation RSE EcoVadis. 

La stratégie climatique d’une entreprise et son système de management des émissions directes et indirectes de GES est observée via deux des 4 domaines d'évaluation RSE EcoVadis. Pour disposer d’une premiere vue globale sur l'ensemble des informations disponibles, il convient d’observer à la fois le score du domaine environnement mais aussi le score achats responsables.

Thème Environnement : SCOPE 1 & 2 

La gestion des émissions directes de GES et des émissions indirectes liées à l'énergie est évaluée dans le domaine environnement sous différents critères tels que "energy & GHGs" et “air emissions other than GHG”. Le référentiel couvre les émissions de gaz à effet de serre (GES), les émissions de gaz polluants autres que GES (monoxyde de carbone, dioxyde de soufre…) et les émissions de particules fines. Le mix énergétique du/des pays où l'entreprise (et ses différents sites) est pris en compte (Scope 2). Enfin, le recours aux énergies renouvelables est aussi évalué sur les trois niveaux : engagements, actions et reporting.

Chaque entreprise évaluée est ainsi tenue de fournir, sous forme de documentation formelle, des preuves de politiques environnementales établies, de mesures implémentées et de suivi chiffré des émissions. Ces chiffres peuvent suivre des standards de reporting spécialisés comme celui du CDP, une ONG qui pilote depuis 2003 une campagne mondiale annuelle de questionnaires pour recueillir des informations sur les émissions de gaz à effet de serre des entreprises.

Les analystes EcoVadis complètent leur évaluation à l’aide de sources de parties tierces (audits sur site, bases de données) et de données de veille (200 000 articles par semaine captés au niveau mondial). En savoir plus : Méthodologie EcoVadis

Thème Achats responsables : SCOPE 3 & supply chain

Les autres indicateurs disponibles du référentiel EcoVadis pour avoir une vue plus globale sur l’ensemble des émissions se situent dans le thème “achats responsables”. 

Ce thème couvre partiellement le périmètre opérationnel total du Scope 3 dans le sens où il ne couvre “que” les pratiques liées aux fournisseurs. Tous les documents et reportings chiffrés sur les émissions de la chaîne d'approvisionnement sont analysés.

"Le dernier rapport du Haut Conseil pour le climat est une bonne illustration de toute la complexité du calcul de l’empreinte carbone d’une entreprise. Elle révèle que les émissions produites sur le sol français ont baissé de 30% entre 1995 et 2018. Mais sur la même période, les émissions de carbone associées aux importations ont augmenté de 78%. Au fur et à mesure qu'elles amélioraient leur performance environnementale, les entreprises françaises externalisaient des pans entiers de leurs activités en dehors du territoire, notamment vers les pays en voie de développement (PVD)"  

La Tribune "Cachez ce carbone importé que je ne saurais voir..." Sylvain Guyoton

 

II - Etude EcoVadis : actions et mesures en place en faveur de la décarbonation

La quatrième édition de l’indice EcoVadis sur les performances RSE au sein des chaînes d’approvisionnement repose sur 65 000 évaluations RSE et l’observation des pratiques éthiques et performances sociales et environnementales sur la base de preuves de 42000 entreprises dans le monde, sur la période 2015-2019.

A- Evolution des scores Environnement et Achats Responsables 

L’observation des scores donne une première vue globale. À l'exception des achats responsables, tous les scores des domaines d’évaluation RSE ont augmenté d'au moins 9% depuis 2015. Si les entreprises s'attaquent aux impacts sociaux et professionnels dans le cadre de leurs propres activités, elles négligent les risques qui existent chez leurs fournisseurs. Le score Environnement est le second meilleur score, après Social & Droits de l'Homme mais le score Achats Responsables est toujours très loin derrière. 

B - Focus EcoVadis Index 2020 sur la décarbonation

Après avoir étudié de près (approche dite “deep dive”) lors de l’édition 2019 l’état des pratiques de lutte contre la corruption et les actions liées à la diversité, cette année, les analystes RSE EcoVadis ont exploré les actions et mesures en place en faveur de la décarbonisation. Ce focus sur les pratiques liées aux émissions de GES révèle un manque criant d'actions stratégiques et de reportings sur les émissions indirectes liées aux fournisseurs. 

  Action des entreprises pour lutter contre les émissions de gaz à effet de serre

A fin 2019, au niveau mondial, les entreprises américaines évaluées publient toujours le plus leurs émissions mais les entreprises européennes les devancent en actions prises pour agir sur le bilan carbone.

"Il faut tenir compte de la réalité et des difficultés auxquelles sont confrontés nos partenaires. L'indice de performance Ecovadis 2020 montre que seul 13,7% des entreprises en amont dans les réseaux d'approvisionnement rendent compte de leurs émissions, et qu'une part encore plus faible sait communiquer son empreinte carbone produit par produit.” 

La Tribune "Cachez ce carbone importé que je ne saurais voir..." Sylvain Guyoton

 

Source : Corporate Action on Greenhouse Gas Emissions

Plus important encore, et en toute logique, les très petites (TPE) et moyennes entreprises (PME) sont nettement moins engagées que les grandes entreprises en matière de déclaration des émissions, soit 2,6 % contre 18,9 % respectivement. 

 
Cela représente une énorme lacune dans l’efficience des stratégies climatiques de nombreux acteurs multinationaux.  Ainsi que le rappellent de nombreux experts, l'empreinte carbone d'une entreprise n'est pas qu'interne, elle est majoritairement indirecte, donc externe.
 

L’effort de tous en faveur de la décarbonisation au cours des vingt prochaines années est essentiel. Des nouvelles initiatives d’engagement émergent telles que le SBTI Science Based Targets Initiative, ou le niveau “Scope 3” dans les bilans carbone qui mesure  les autres émissions de gaz à effet de serre indirectes, dont la chaîne d’approvisionnement.”

Patrick D’Humieres, membre du comité scientifique d’EcoVadis

 
Les achats représentent aujourd’hui en moyenne 60% du chiffre d’affaires des entreprises. S’intéresser uniquement à ce qui se passe à l’intérieur des murs de l’entreprise revient à développer une conception étriquée de ses enjeux. On a besoin d’intégrer beaucoup plus les impacts qu’ont les activités des entreprises sur toute leur chaîne d’approvisionnement. C’est ça qui justifie cette attention de plus en plus grande portée aux achats responsables.” 
 

Le véhicule électrique est un très bon exemple des enjeux liés à la chaîne d’approvisionnement. Si la voiture électrique n’émet pas de CO2 en “sortie de pot d’échappement”, son gain environnemental sera d’autant plus important que les émissions de CO2 liées à sa fabrication seront contenues et que l’électricité utilisée pour charger et recycler sa batterie sera décarbonée. Par conséquent, le mix électrique du pays où est fabriquée puis utilisée la voiture électrique a un impact important sur le gain environnemental calculé sur le cycle de vie : ce gain sera élevé dans les pays à électricité fortement décarbonée comme la France mais limité dans les pays utilisant encore beaucoup de charbon comme l’Allemagne, la Pologne ou la Chine.

Nicolas Meilhan, Conseiller Scientifique pour France Stratégie, expert Transport et énergies 

Un leader en matière de climat gère ses propres émissions internes. Un leader tourné vers l’avenir s’attaque également à sa chaîne d’approvisionnement. Cela peut sembler être un comportement altruiste à l’échelle planétaire, mais il est tout simplement judicieux sur le plan commercial de veiller à ce que vos fournisseurs survivent également à la transition que vous recherchez à favoriser. Utilisez votre pouvoir d’achat comme une force positive en vous engageant auprès de vos fournisseurs et en les aidant à gérer et à réduire leurs propres émissions.

 Leon Laubscher, Nexio Projects, partenaire formation EcoVadis

 
 
III - Émissions, PME et chaînes d’approvisionnement : nouvelle offre EcoVadis en construction avec un premier panel de donneurs d’ordre

La majorité des entreprises agissent avant tout sur leurs émissions directes (Scope1) et indirectes (scope 2) et peinent à agir sur celles produites au sein de leur chaîne d’approvisionnement, le Scope3. Ces émissions indirectes sont aussi les plus dures à suivre, car le scope 3 est par nature très diversifié avec l'ensemble des acteurs amont et aval ("upstream" et "downstream"), les sources d'information sont de plus multiples et externes à l'entreprise. 

C’est face à ce constat qu’EcoVadis a souhaité stimuler toutes les entreprises de rang 1,2 et 3 majoritairement PME dans la lutte collective contre le changement climatique.

Le nouveau "Carbon module" conçu par EcoVadis vient compléter les solutions existantes du marché et a pour ambition de répondre aux lacunes actuelles en matière de reporting pour les petites et moyennes entreprises en s'adaptant à leurs niveaux de maturité, leurs capacités et leurs engagements. 

« La crise climatique exige que nous prenions des mesures urgentes, dans une logique d’écosystème, pour lutter contre l'impact des émissions de carbone. Un véritable changement n'est pas possible sans des actions concrètes au niveau de toute la supply chain. Notre volonté est de fournir aux organisations, en particulier les petites et moyennes entreprises, les connaissances et les outils nécessaires pour améliorer leur empreinte carbone en collaborant directement avec leurs propres fournisseurs » 

Pierre-Francois Thaler, co-PDG EcoVadis

Concrètement ? EcoVadis va déployer une solution globale permettant à ses clients d’initier de réels changements, de mettre la chaîne d’approvisionnement  au cœur de leur politique RSE pour réduire leurs émissions de gaz à effet de serre, et de mesurer l'impact de leurs actions : 

  • Des notations carbone, pour évaluer les fournisseurs en fonction de leurs émissions carbone et de GES, et hiérarchiser ceux qui auront le plus grand impact en fonction de leur potentiel de réduction des émissions ;
  • Un calculateur d’impact carbone, pour permettre aux entreprises, en particulier les petites et moyennes entreprises, de mesurer l’ensemble de leur empreinte carbone et GES

  • La solution comprend d’autres fonctions avancées, telles qu’une cartographie des "points chauds" pour identifier les principales opportunités de réduction des émissions, et des outils de reporting pour filtrer et analyser les données du portefeuille de fournisseurs évalués.

Contactez notre équipe France pour en savoir plus !

EcoVadis Carbon Maturity Rating

A propos de l'auteur

Veronique Seel

Véronique Seel has been creating French content (data/studies/analysis and interviews) for EcoVadis since 2017. A graduate of the Conservatoire National des Arts et Métiers (Paris) in Engineering and B2B Marketing, Véronique progressively specialized in CSR and sustainability during her time as consultant for Vigeo Eiris, then helped BNP Paribas Cardif to create a Sustainable Development department, followed by three years contributing to cleantech and mobility projects in the European Atlantic Area. Véronique Seel is a partner of the Coapi cooperative based in La Rochelle, France.

Plus de contenu par Veronique Seel
Article précédent
Covid-19 : enseignements sur la relation client-fournisseur
Covid-19 : enseignements sur la relation client-fournisseur

Etude France “Impacts présents et futurs de la Covid-19 sur les chaînes d’approvisionnement”

Article Suivant
Acheter responsable, un casse-tête pour les collectivités locales
Acheter responsable, un casse-tête pour les collectivités locales

La commande publique représente environ 15 % du produit intérieur brut français. L’introduction progressive...